Made things – Adrian Tchaikovsky

madethingsAdrian Tchaikovsky est un auteur de science-fiction et de fantasy brillant. Il est aussi un stakhanoviste de l’écriture. Made things est le quatrième roman qu’il publie cette année, en  2019, après Cage of Souls, Walking to Aldebaran, et Children of Ruin. On s’interroge et se demande comment il arrive à écrire autant de livres. On s’interroge aussi légitimement sur la qualité de cette (sur)production. Tous les romans d’Adrian Tchaikovsky sont-ils aussi brillants que Children of Time et sa suite Children of Ruin ? La réponse est non. Made things est là pour en témoigner. L’année 2018 fut du même tonneau, montrant une production importante et une alternance de bons livres (Dogs of War) et d’autres plus dispensables (The expert system’s brother). En gros, un livre de Tchaikovsky sur deux est vraiment très bon.  Made things s’inscrit dans la série des livres dispensables.

Cette chronique sera courte, car il est inutile de passer trop de temps sur ce livre. Made things est un court roman, moins de 200 pages, de fantasy. Il raconte les efforts d’un petit groupe d’homoncules, des poupées faites de bois, de métal ou de papier, créés par un magicien, pour exister dans le monde des hommes, dans la cité des mages, là où suffisamment de magie existe pour qu’ils puissent y trouver l’énergie nécessaire à leur existence. Ils s’associeront aux voleurs de la cité pour parvenir à leur but. Longtemps, j’y ai cru. J’ai pensé y lire une déclinaison intéressante du thème de l’intelligence artificielle, voire de l’altérité. Mais les considérations philosophiques tournent court et là n’est pas le propos du livre. Le roman de Tchaikovsky, s’il est bien écrit, voire très bien dans un style XIXè londonien, ne décolle jamais dans son ambition. Le récit reste anecdotique. La fin s’enfonce dans la facilité et la pantalonnade guignolesque. Il y a infiniment plus de philosophie dans les soldats de plastique d’Ada Palmer dans Trop semblable à l’éclair que dans les homoncules de Made Things. Et si vous cherchez un livre qui propose une réflexion intéressante sur le thème de l’automate élevé à la conscience, je vous recommande plutôt la lecture de L’automate de Nuremberg de Thomas Day.

Adrian Tchaikovsky est certes un auteur brillant, quand il veut. Il a beaucoup d’idées, souvent bonnes. Mais il devrait parfois arrêter d’écrire pour donner à ses idées le temps de mûrir avant de publier, encore, un autre livre. Lorsqu’on a écrit Children of Time et Children of Ruin, il est n’est pas essentiel de sortir Made Things dans la foulée.


D’autres avis : Apophis


Titre : Made things
Auteur : Adrian Tchaikovsky
Publication : 5 Novembre 2019 chez Tor.com
Nombre de pages : 192
Support : papier et ebook



Catégories :Romans

Tags:

6 réponses

  1. Zut je l’avais précommander!!!

    J'aime

    • Ce n’est pas une grande surprise cela dit. Il y a dans la production de Tchaikovsky une alternance de bons et de moins bons textes. Comme s’il alternait volontairement des textes sérieux avec des choses plus légères. J’aurais été très étonné sur celui-ci avait été un chef d’oeuvre.

      Aimé par 1 personne

  2. OK, je vais attendre la VF, le pitch reste accrocheur…

    J'aime

Rétroliens

  1. Made things – Adrian Tchaikovsky | Le culte d'Apophis
  2. Lectures d’avenir – Automne 2019 – L'épaule d'Orion – blog de SF

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :