The Expert System’s Brother – Adrian Tchaikovsky

expertSi vous lisez régulièrement ce blog, vous savez qu’Adrian Tchaikovsky est un auteur qui y est suivi de près, pour ses œuvres dans le domaine de la fantasy et plus encore pour ses productions en science-fiction. The Expert System’s Brother est le dernier court roman de l’auteur, publié aujourd’hui. C’est un roman qui est  caractéristique de son auteur, que ce soit dans sa forme ou dans son contenu. En fantasy comme en SF, Tchaikovsky reprend des thèmes habituels, ou simplement déjà exploités, se les approprie et les remanie pour en faire des petites merveilles d’originalité quand bien même, dans le fond, on pourrait se dire que c’est du déjà lu. Et c’est là qu’il excelle car, non, ce n’est pas du déjà lu. C’est du Tchaikovsky et c’est unique.

The Expert System’s Brother est précisément cela : un thème bien connu en SF, la conquête d’une planète par l’humanité et les difficultés que l’entreprise inévitablement comporte en termes d’adaptation à un nouveau milieu. Tchaikovsky ne raconte pas l’arrivée des humains sur une planète, mais ce qu’elle est devenue longtemps après, près de 500 ans, alors que les hommes ont oublié leur origine. Le récit va être l’occasion de la découverte de ces origines.

Au moins dans sa première moitié, The Expert System’s Brother a les apparences d’une science fantasy. La société décrite en est à peu de choses près à l’âge de pierre. Il n’y a pas de technologie, pas d’outils en métal. L’humanité s’organise en petits villages de quelques centaines d’individus, qui vivent d’agriculture et de chasse, repoussant quelques prédateurs ou animaux dangereux dont les descriptions nous indiquent rapidement que nous ne sommes pas sur la Terre que nous connaissons. Mais les choses se font plus étranges encore. Les villages sont organisés de manière symbiotique autour d’arbres gigantesques. Ces arbres abritent aussi un nid de guêpes dont la présence a une importance dans la société humaine qui en dépend. Chaque village possède un homme de loi et un médecin. Ces personnes sont désignées par… les guêpes et reçoivent alors, après s’être fait piqués, un esprit, ghost, qui loge dans leur crâne, tel un parasite, au prix d’une transformation physique douloureuse et défigurante. Ces esprits parlent par la voix de leur hôte auquel ils apportent leur connaissance, en médecine par exemple, ou dictent les lois de la communauté, via l’homme de loi. Celui-ci décide notamment de l’expulsion, synonyme de mort quasi-certaine, des individus jugés impropres à la vie en communauté, que ce soit pour des vols, des violences, ou des délits plus graves. Inutile de préciser que tout ceci n’est pas de la magie mais uniquement l’illustration du principe de Clarke selon lequel toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie.

L’expulsion, severance, de ces individus se fait par le marquage de leur corps par une décoction préparée par le médecin du village. Tchaikovsky montre ici encore sa passion pour le monde des insectes, car ce marquage chimique s’inspire fortement des sociétés organisées de fourmis, par exemple, dans lesquelles les individus se reconnaissent par les phéromones dont ils sont porteurs. Dans le cas de cette société humaine, la severance a des conséquences sociales, mais aussi biologiques. Il devient impossible à l’individu rejeté par la société de se nourrir des aliments habituels. A l’inverse, les animaux dangereux qui occupent les forêts environnantes semblent se désintéresser d’eux. Au passage, mais c’est presque sa spécialité, Tchaikovsky de peupler sa planète de tout un bestiaire.

L’histoire du livre débute lors d’une cérémonie de severance. Alors qu’il n’a que 13 ans, Handry va malencontreusement être en partie recouvert de la dite préparation. Sa vie au sein de son village va devenir difficile pour les trois années qui vont suivre, car même s’il n’a commis aucun crime, il est marqué du sceau de l’infamie. Il devra finalement s’enfuir pour survivre, alors même que sa sœur jumelle est désignée docteure du village. C’est au cours de cet exil, qui occupe la seconde moitié du livre,  qu’il rencontrera d’autres parias et qu’il fera la découverte des origines de la société qu’il connait comme étant celle des humains. C’est évidemment cette seconde partie, où se révèlent les mystères de ce monde, qui fait l’intérêt du livre. La première moitié, pas des plus passionnantes, n’est qu’une mise en place pour les thématiques que l’auteur va pouvoir développer par la suite.

Comme je le disais en introduction, même si le thème n’est pas très original, Adrian Tchaikovsky en fait un traitement qui l’est, et apporte une réflexion sociologique sur l’évolution et l’adaptation nécessaire à l’environnement, ainsi que politique sur le pouvoir et le rôle hégémonique de la technologie dans les sociétés. De plus, ce roman est joliment écrit. Si Tchaikovsky a jusqu’ici brillé par ses talents d’écrivain, je trouve qu’il ne fait que s’améliorer avec le temps. Notons toutefois que le titre est à lui seul un énorme spoiler.

Voir aussi les avis d’Apophis et de Gromovar.


Sur Amazon.fr : The Expert System’s Brother


Livre: The Expert System’s Brother
Auteur : Adrian Tchaikovsky
Publication : 17 Juillet 2018 chez Tor
Langue : anglais
Nombre de pages : 176
Format : papier et ebook



Catégories :Novella

Tags:

4 réponses

  1. Et parfois, je trouve bien plus intéressant l’approche d’un thème éculé en SF. Cela permet d’en apprécier les nuances, de remarquer si justement l’auteur s’est habilement exécuté dans cet exercice « créatif » (et intellectuel) et d’éprouver un immense plaisir de lecture quand il s’agit d’une thématique chère à notre cœur de lecteur.
    Ainsi, cela ne me dérange pas – au contraire – qu’AT s’empare de la conquête d’une planète pour mieux l’explorer et offrir un petit bijou.
    Bref, tout cela pour dire que je compte le lire sous peu!

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. The expert system’s brother – Adrian Tchaikovsky | Le culte d'Apophis
  2. Un Juillet 2018, Rayonnant ! – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Encres & Calames

Petites chroniques SFFF... et au-delà !

Thomas Day

Ecrivain & scénariste

Les chroniques d'Acherontia

Always look on the bright side of night...

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Le Fictiologue

Julien Hirt - Auteur

Évasion Imaginaire

L'imaginaire est un lieu, l'évasion en est le voyage.

Le monde d'Elhyandra

Chroniques littéraires SFFF & autres envies

Uranie

Blog littéraire

Le Blog uchronique de Daidin

Site dédié à l'Uchronie, la SF, La Fantasy, au Steampunk et au roman policier victorien

Une Certaine Culture

Critiques littéraires et autres...

Les Chroniques du Chroniqueur

Science-Fiction, Fantasy, Fantastique, Ecriture.

La lectrice hérétique

Qu'importe l'emballage, pourvu qu'on ait l'extase

Les Bergers électriques

Le monde de l'Imaginaire

Au pays des Cave Trolls

On lit, on joue, on rêve...

%d blogueurs aiment cette page :