Dragon – Thomas Day

dragonDragon de Thomas Day est le texte qui a ouvert la collection Une Heure Lumière en 2016. Autant dire que ça vous pose des fondations, ça. Chez un éditeur normal, du genre qui n’arbore pas des cornes au sommet de son crâne, pour lancer une collection on sort les petits fours, on fait venir quelques starlettes à paillettes, et tourne la boule à facettes. Chez Le Bélial, on procède autrement. On vous chope par les cheveux, on vous enfonce la tête au fond de la cuvette, et entre deux coups de genoux dans les côtes, on vous hurle « Alors, c’est bien, non ? ». Et, oui, en plus, c’est bien.

Le roman raconte l’enquête de Tannhaüser Ruedpokanon, membre de la police touristique de Bangkok, suite à un massacre perpétré dans le milieu de la prostitution enfantine. Le tueur signe ses crimes en laissant sur le corps de ses victimes une carte de visite simplement frappée d’un dragon. Signe que les tueries vont continuer. La Thaïlande est un pays que Thomas Day connait bien, comme tout le reste de l’Asie du Sud-Est manifestement. Je me souviens que la première fois que je suis allé à Bangkok, j’ai été horrifié par ce que j’y ai vu, et qui est décrit sans fard dans le roman. Pour la petite histoire, j’avais déjeuné en compagnie d’un vieil ambassadeur et quelques expats français, et m’étais dit que l’odeur de végétation pourrissante qui imprègne la ville imprégnait aussi les cerveaux des gens qui y restaient trop longtemps. Mon avis sur cette ville a bien changé depuis, car j’ai eu l’occasion de découvrir d’autres facettes de cette capitale dynamique qui sait être très charmante. Mais c’est à cette première impression poisseuse et révoltante que me ramène Dragon. En lisant ces pages, je me dis que l’écriture d’un tel roman a dû être cathartique pour Thomas Day. En tout cas, ça sent l’épreuve et la douleur. Le personnage de Tannhaüser Ruedpokanon est immensément intéressant, lui-même complexe dans son approche de la sexualité. Il n’est ni hétérosexuel ni homosexuel puisqu’il recherche un idéal de fusion des genres qu’il approche un peu au contact des ladyboys pré-op. Donner et recevoir. Ce rêve de fusion n’est pas un trait de caractère choisi aléatoirement pour simplement donner des couleurs au personnage, mais il va s’avérer essentiel au dénouement du roman. J’ai apprécié le découpage non linéaire des chapitres savamment désordonnés, et qui permet de pointer la géométrie non euclidienne du propos.

Dragon est un polar, qui se teinte d’une nuance fantastique. Pas pour faire du fantastique mais plutôt à la manière d’un roman japonais. Ce que le lecteur occidental va percevoir comme élément fantastique peut n’être aussi bien que l’expression culturelle d’un autre regard sur le monde, d’une cosmogonie locale, et d’un rapport de l’homme à l’univers. C’est ainsi que je vois l’élément fantastique présent dans Dragon.

« Ce livre n’est pas pour mes enfants » prévient Thomas Day en épigraphe. Il n’est pas non plus pour les adultes qui chercheraient une lecture reposante les maintenant en parfait équilibre avec le cosmos. C’est plutôt un livre qui vous défonce les chakras. L’écriture est crue et rude, l’histoire aussi. Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié le style de Thomas Day. Dragon est très bien écrit. C’est le premier livre que je lis de cet auteur, et pour tout dire je viens même de découvrir qu’il est Gilles Dumay. Vais-je en lire d’autres ? Laissez moi souffler un peu, voulez-vous. Je vais lire deux ou trois trucs légers d’abord et on en reparle plus tard.

Bonus : je ne saurais que vous conseiller la lecture des repérages effectués par Thomas Day pour l’écriture du roman. Thomas a eu la belle idée d’indiquer le lien dans les commentaires ci-dessous. Allez-y, c’est une fabuleuse lecture. (D’autant plus si vous connaissez un peu le coin.)

Voir aussi les avis de l’ours inculte, de Nicolas Winter,  de Nebal,  de Lorhkan,
de l’Albédo,  de Vert, d’une certaine culture, et de Samuel Ziterman.


Sur Amazon.fr : Dragon


Livre : Dragon
Collection : Une Heure Lumière (Le Bélial)
Auteur : Thomas Day
Publication : 2016
Langue : Français
Nombre de pages : 160
Format : papier et ebook



Catégories :Novella

Tags:

8 réponses

  1. Si j’ai encore plus envie de lire « Dragon » après ta chronique, est-ce que ça fait de moi un masochiste ? ^^
    Je ne peux que te conseiller de lire d’autres livres de Thomas Day : même s’ils ne sont pas tous aussi « durs » que celui-ci, c’est toujours de la qualité !

    Aimé par 1 personne

  2. Si ça vous intéressé, Renaud, de voyageur à voyageur, j’avais écrit un petit texte pour expliquer la genèse du court roman.
    Il se lit là :
    http://surlapistededragon.eklablog.com/-a105957682

    Le blog (entrées suivantes) contient tous les repérages qui ont été nécessaires à la finalisation du texte.

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai bien aimé ce roman, et l’aspect « fantasy » apporté par le côté japonisant est bien vu.
    Je vais me jeter sur cette « génése » du texte.

    Aimé par 1 personne

  4. Pertinente chronique, notamment ton idée de l’aspect fantastique de cette novella, que j’ai adoré aussi.

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Quand le Dragon s’assoit sur l’épaule d’Orion… – Thomas Day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :