Un classique : Starship Troopers (Etoiles, garde-à-vous !) – Robert A. Heinlein ***

starship-troopers

Couverture de l’édition originale

Occasionnellement, je vais vous proposer sur ce blog la chronique d’un classique des années 50, 60 ou 70. La SF a sa propre histoire et son fonctionnement interne. Cette histoire, elle en est consciente, et s’en nourrit. C’est aussi un genre qui souvent vieillit mal. Pour cause, comme le disait Niels Bohr, faire des prédictions est difficile, surtout sur l’avenir. Jonathan Strahan, dans l’introduction de Edge of Infinity, notait aussi que la science, mère de la SF, était assez peu tendre avec sa fille, tuant souvent le romantisme de la fiction.

Bien sûr, il y a des œuvres qui échappent au temps. Dune fut publié en 1965 et il ne viendrait à personne l’idée de dire que ce roman est dépassé. Les androïdes rêvent de moutons électriques depuis 1966 et les étoiles sont au garde-à-vous depuis 1959.

C’est avec ce dernier que je vous propose d’ouvrir cette série « Un classique ».

Le roman de Robert Heinlein a été publié en 1959 sous le titre original Starship Troopers et a obtenu le prix Hugo du meilleur roman en 1960. Il est largement considéré comme le livre le plus influent de Heinlein. Il s’agit aussi d’un des livres les plus controversés de l’histoire de la SF. Heinlein a été accusé de promouvoir le militarisme, la guerre et la violence. Voire carrément d’être un fasciste. Après que tant de choses aient été écrites et débattues à son sujet, il est difficile de proposer une analyse originale, fine et subtile, de ce livre, alors je ne vais pas essayer. Je préfère paraphraser Joe Haldeman, l’auteur de La Guerre Éternelle et dire simplement que je suis en désaccord avec ce livre mais qu’il s’agit d’un roman très bien écrit. Je ne reviendrai donc pas plus sur le côté idéologique du livre.

Si on le prend simplement comme un livre de science fiction militaire, c’est un monument. Je fais partie de ceux qui n’ont pas du tout aimé le film de Verhoeven de 1997, qui n’a aucun rapport avec le livre. De son propre aveu, Verhoeven ne l’a même pas lu. Du coup, il est passé à côté de ce qu’il y a de bon dans ce livre.

etoiles

La couverture française chez J’ai Lu

Du point de vue anticipation, j’ai toujours du mal à réaliser qu’il a été écrit en 1959, tellement il est visionnaire. Les concepts scientifiques abordés sont très bien maîtrisés, et sont au niveau de la hard-SF. Du point de vue des technologies décrites, que ce soit le scaphandre auto-propulsé, les capsules d’entrée dans l’atmosphère ou les armes déployées, eh bien on y est ou on y travaille. L’invention la plus étonnante est évidemment le scaphandre. Les recherches actuelles sur les exosquelettes, notamment engagées par l’armée US, tendent précisément à fournir au soldat du futur ce genre d’équipement, non seulement au niveau motricité et support physique mais aussi au niveau de capacités d’information en temps réel et de communication entre les unités sur le champ de bataille. Etoiles, garde-à-vous ! est très convaincant de ce point de vue. Pas étonnant donc qu’il ait inspiré autant de romans, films ou jeux postérieurs.

En ce qui concerne le style de Heinlein dans ce roman, personnellement j’y adhère complètement. Le livre est présenté comme le journal personnel d’un membre de l’infanterie mobile, depuis son engagement jusqu’à ses premières missions. Du coup, Heinlein ne s’embarrasse pas de longues descriptions inutiles et souvent barbantes, mais va toujours à l’essentiel. Cela rend le récit particulièrement efficace, dynamique, et très immersif. Là où Heinlein est maître, c’est dans le compte rendu des batailles. Le premier chapitre est juste époustouflant. Du coup, la partie centrale du livre concernant l’entraînement et la formation du soldat, digne de Full Metal Jacket, paraît étrangement calme. (J’avais dit que je ne reviendrais pas sur l’idéologie du livre, mais tout de même : à aucun moment Heinlein ne présente la guerre comme quelque chose de sympathique ou de glorieux. C’est au contraire un truc violent où on ne contrôle pas grand chose et où on meurt souvent.)

En résumé, en prenant ce livre comme un roman de science fiction et rien d’autre, c’est un livre excellent, tout simplement. Autant la SF des années 50 et 60 me semble souvent complètement dépassée, autant ce n’est pas le cas ici. Ce livre a très bien vieilli.


Sur Amazon.fr : Etoiles, garde à vous ! (Starship Troopers)


Livre : Starship Trooper (Etoiles, garde-à-vous !)
Auteur : Robert Heinlein
Publication originale : 1959
Langue : Anglais
Traduction en français : 1974
Nombre de pages : 314
Prix : Hugo (1960)



Catégories :Classiques, SF militaire

5 réponses

  1. J’avais énormément apprécié *En terre étrangère* du même auteur. Ton retour sur ce roman là, me donne envie de m’y pencher. Merci pour ce retour concis et efficace.

    Aimé par 1 personne

  2. C’est marrant, c’est un livre que j’adore. ET je ne l’ai jamais pris comme un roman militariste, faciste ou autre… (surtout qu’Heinlein l’a écrit presque en m^me temps que EN terre Etrangère et que l’on peut qualifier à ‘opposé).
    Je Vois Starship Troopers comme un pamphlet contre la guerre, mais ne jette pas bébé avec l’eau du bain et qui fait la part des choses entre la politique et l’outil utilisé.

    Aimé par 1 personne

  3. Parfaitement d’accord, un très bon livre !
    J’avais fait le même parallèle avec « Full Métal Jacket », les deux oeuvres sont très proches à mon sens, et plutôt complémentaires.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :