Palimpseste – Charles Stross

palimpseste_0001

Charles Stross fait toujours les choses en plus grand que les autres auteurs de science fiction. Si le voyage dans le temps est un thème récurrent en SF, rares sont les auteurs qui s’aventurent plus loin que quelques centaines d’années, le plus souvent même quelques dizaines d’années. Charles Stross, lui, nous balade dans Palimpseste sur 1000 milliards d’années. Le temps devient alors une géographie explorable et presque sans limite dans ce « court » roman. Lorsque certains visent comme expression ultime du paradoxe du voyage dans le temps l’impensable meurtre de l’aïeul, Charles Stross, lui en fait un préliminaire, un examen de passage afin d’évacuer d’entrée la question et repousser plus loin, très loin, son exploration du concept de paradoxe.

Son paradoxe à lui, c’est le palimpseste, le parchemin qu’on va effacer puis réécrire. Charles Stross utilise dans son récit le temps et l’histoire comme un palimpseste réutilisable jusqu’à l’étourdissement, voire la nausée. Une scène centrale, que je ne révèle pas, décrit une « bataille » qui se joue en quelques secondes, réécrites en direct d’innombrables fois par différents protagonistes. C’est brillant !

Le roman raconte raconte la vie de Pierce, un agent de la Stase qui est une organisation de voyageurs dans le temps chargée de préserver l’espèce humaine à travers les siècles. Or l’espèce humaine tend à disparaître régulièrement.

L’humanité finit toujours par disparaître, ne l’oublie pas.

La Stase réagit en réensemençant régulièrement la planète. Mais tout le monde ne partage pas les idées de la Stase…

Le livre est court, facile à lire, et propose une histoire vraiment fascinante de manipulation du temps à grande (très vaste) échelle. Je l’ai trouvé absolument brillant. Il est à noter que le style de Charles Stross est particulier, rapide, tendu et brouillon, et il peut décontenancer  de nombreux lecteurs. Personnellement, je l’apprécie beaucoup, car : 1. Il a un style, 2. ce style est toujours particulièrement adapté à l’histoire qu’il écrit.

Mon seul regret est qu’il n’en ait pas fait un roman de 500 pages.

PS: certaines critiques reprochent à l’histoire d’être décousue. Euh… oui, évidemment. C’est même le thème central du livre. Ce serait un peu comme reprocher à « Milles lieues sous les mer » d’avoir trop de mer. Voyez ?


Sur Amazon.fr : Palimpseste


Livre : Palimpseste
Auteur : Charles Stross
Publication : 2009 (VF 2011)
Langue : Anglais
Traduction : Florence Dolisi pour J’ai Lu
Nombre de pages : 127
Prix : Hugo (2010)



Catégories :Romans

Tags:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Encres & Calames

Petites chroniques SFFF... et au-delà !

Thomas Day

Ecrivain & scénariste

Les chroniques d'Acherontia

Always look on the bright side of night...

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Le Fictiologue

Julien Hirt - Auteur

Évasion Imaginaire

L'imaginaire est un lieu, l'évasion en est le voyage.

Le monde d'Elhyandra

Chroniques littéraires SFFF & autres envies

Uranie

Blog littéraire

Le Blog uchronique de Daidin

Site dédié à l'Uchronie, la SF, La Fantasy, au Steampunk et au roman policier victorien

Une Certaine Culture

Critiques littéraires et autres...

Les Chroniques du Chroniqueur

Science-Fiction, Fantasy, Fantastique, Ecriture.

La lectrice hérétique

Qu'importe l'emballage, pourvu qu'on ait l'extase

Les Bergers électriques

Le monde de l'Imaginaire

Au pays des Cave Trolls

On lit, on joue, on rêve...

%d blogueurs aiment cette page :