La Horde du Contrevent – Alain Damasio *****

couverture horde-2014-orange.indd

La Horde du Contrevent est un roman de SF hors norme, incomparable à d’autres, et qui ne rentre dans aucune catégorie. Pour moi, c’est un chef-d’oeuvre emporté par une écriture virtuose et des inventions de langage d’une richesse inouïe. Ceux qui y chercheraient un simple roman de SF ou de fantasy pourraient être déçus. C’est autre chose, un inclassable littéraire.

La lecture des dix premières pages est déroutante, puis on entre dans le livre à coup de rein, à la force des bras, des cuisses, face à la déferlante. L’histoire est racontée par les 23 personnages qui composent la horde, et ce n’est pas un style d’écriture, un langage qui emmène le récit, c’en est 23 différents, autant que de personnages. Car ils ont tous leur parlé, leur vocabulaire, leur culture, leur univers mental et au fur et à mesure de la lecture on apprend à les reconnaître dès les premiers mots. Ces 23 personnages sont incroyablement attachants, car c’est à travers eux que l’on vit chaque événement de ce récit.

Au-delà de l’écriture, il y a bien sûr l’histoire, ébouriffante, qui fait de la lecture de ce livre un moment incarné. On ressort physiquement épuisé de la lecture de certains passages tant on se trouve pris dans les tourbillons du récit. C’est un roman qu’on ne peut pas lire de manière distanciée, on est forcément emporté, brinquebalé de page en page. C’est un livre qui se lit face au vent. L’action est omniprésente, parfois vécue de front, parfois racontée après coup, quand la tempête se calme.

Ceux qui vous disent « pendant la vague, j’ai pensé ceci et cela » mentent. Quand elle passe, tu ne penses plus. Tu oublies ce que tu voulais faire, rêvais d’être, croyais pouvoir. Le corps seul répond. Et il répond ce qu’il peut. Il défèque, il se pisse dessus. Il se mange la bouche avec les dents, comme une viande. Il brûle ses tendons à crisper la sangle devant. Il bave.

Et enfin il y a la fin, dont on se doutait dès les premières pages, que l’on redoutait éventuellement, mais qui n’est en aucun cas une déception. Il fallait bien y arriver, logiquement en arriver là. Et quel tour de force pour en arriver là ! Contrairement à d’autres lecteurs qui s’avouent déçus par cette fin, je l’ai trouvée grandiose.

Pour finir, c’est simplement un des meilleurs livres que j’ai lus, toutes catégories confondues, dont des passages entiers me reviennent à l’esprit dès qu’une légère brise se lève et que je remonte le col de mon manteau, et qui sans doute m’accompagnera longtemps.

Voir la critique de Vert


Sur Amazon.fr : La Horde du Contrevent


Livre : La Horde du Contrevent
Auteur : Alain Damasio
Publication : 2004
Langue : Français
Nombre de pages : 548
Format : papier et ebook
Prix : Grand prix de l’imaginaire 2006



Catégories :Chefs-d'oeuvre, Fantasy, Soft-SF

3 réponses

  1. J’avoue que je n’ai pas du tout accroché à ce roman. Je l’ai abandonné au bout d’une centaine de pages, il me semble.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :