Quelques gouttes de thé – Audrey Pleynet

Joseph Altairac, secrétaire du prix Rosny, a annoncé les résultats du vote pour le premier tour du prix Rosny 2020. La nouvelle Quelques gouttes de thé d’Audrey Pleynet figure dans cette sélection, elle est tirée du recueil Revenir de l’avenir publié par les éditions Le Grimoire. L’autrice n’est pas inconnue sur ce site puisque j’avais déjà chroniqué son recueil Ellipses, la nouvelle Citoyen + et la nouvelle La fille de l’espace. Elle avait par ailleurs répondu à une interview.

L’appel à textes à l’origine de ce recueil ne contraignait les nouvelles envoyées qu’à posséder un lien évident avec son titre : revenir de l’avenir. Inévitablement, les textes publiés parlent majoritairement de voyage dans le temps.

Audrey Pleynet a choisi de raconter les histoires d’Estelle. L’autrice décrit un avenir sombre, une société vacillante, une écologie en deuil. Pollution, réchauffement climatique, catastrophes écologiques mettent la société humaine à l’épreuve et celle-ci répond par le seul moyen qu’elle a toujours connu : la violence et la répression. Estelle, c’est Cendrillon. Pas la Cendrillon de Perrault ou l’Aschenputtel des frères Grimm, mais celle de la chanson du groupe Téléphone qui voit sa vie prendre une mauvaise pente à 20 ans, à 30 ans, à 40 ans…. La vie d’Estelle n’est pas une vie heureuse mais elle connait des instants de bonheur à travers une relation amoureuse, des enfants, des amies. Mais quel libre arbitre est donné aux êtres vivants dans un tel monde ? Est-il seulement envisageable ?

Audrey Pleynet

Le principal intérêt de Quelques gouttes de thé est sa construction – basée sur un effet de répétition – qui, si elle n’est pas originale, est particulièrement bien exploitée pour former un conte cruel du futur. Je n’en révèlerai rien car la surprise attend le lecteur dès la deuxième page et il serait dommage de s’en passer. L’autrice l’avait déjà démontré dans sa collection de textes Ellipses, elle peut avoir un côté sombre. Quelques gouttes de thé est peut-être l’une des nouvelles les plus déprimantes que j’ai lues d’Audrey Pleynet. Je l’ai trouvée très bonne.

A l’invitation des éditions le Grimoire, Paul Waline a composé une musique pour accompagner la lecture de Quelques gouttes de thé. On peut l’écouter en ligne.



Catégories :#projetMaki, Nouvelles

Tags:

2 réponses

  1. A chaque texte, Audrey nous montre l’étendu de son talent dans le format court. J’espère pouvoir la lire dans un format un peu plus long.

    En attendant je note ce texte dans un coin de ma tête.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :