Immersion – Aliette de Bodard

immersion-illu_slutlig_100dpi

(Illustration de Jenny Wiik)

Immersion est une nouvelle de 5385 mots écrite (en anglais) par Aliette de Bodard, publiée en 2012 par le Clarkesworld Magazine, et qui a remporté le Locus, le Nebula et a été shortlistée pour le Theodore Sturgeon, le Hugo et le BSFA.

La nouvelle s’inscrit dans l’univers Xuya d’inspiration Sino-vietnamienne de l’auteure (voir l’article sur The Tea Master and the Detective), et fait partie de la série des textes dits des « stations colonisées ». Ces stations se situent à la marge de l’empire, là où la culture Galactic, d’inspiration occidentale, vient se frotter à l’empire. La station Longevity a acquis son indépendance et est devenue dans les quelques années qui ont suivi la guerre une destination touristique prisée par les Galactic, ce qui lui procure une solide source de revenus. Mais la rencontre entre les deux cultures implique que chacun se mette au niveau de l’autre pour faciliter l’échange, ce qui n’est jamais totalement bilatéral.

But no matter: you can be made perfect; you can put on the immerser and become someone else, someone pale-skinned and tall and beautiful.

Les Galactic ont importé une technologie, les immersers, qui permettent aux locaux comme aux touristes de changer leur apparence, de porter un avatar, et de modifier leur manière de parler et leur langage corporel. Tout comme les livres ou les films des Galactic, cette technologie est perçue comme invasive par certains habitants de Longevity, comme une capitulation culturelle.

We wear the immersers on Galactic all the time. We make ourselves like them, because they push, and because we’re naive enough to give in.

Dans ce contexte, Immersion est le récit d’une rencontre entre un couple de Galactic, Galen et Agnes, venu sur Longevity pour fêter leur cinquième anniversaire de mariage, et les membres d’une famille locale tenant un restaurant. Alternant des chapitres courts, on y suit deux points de vue. Le premier est celui d’Agnes, écrit à la seconde personne du singulier.

In the morning, you’re no longer quite sure who you are.

Agnes n’est pas son vrai nom. Son apparence n’est pas la sienne. Elle porte en permanence un avatar qui la fait ressembler aux amis de son mari Galen, et lui permet de s’immerger dans la culture Galactic, de s’y fondre.

Le second point de vue, écrit à la troisième personne, est celui de Quy, jeune femme qui a reçu sur Prime une éducation qui aurait dû lui ouvrir les portes de la haute société de l’empire mais ne lui a apporté qu’un sentiment de déconnection vis à vis de sa famille. Quy travaille dans le restaurant familial. Possédant comme tout le monde un immerser, elle s’assure que les rapports avec les clients se passent de manière douce, quand bien même elle éprouve une certaine aversion pour la technologie en question.

Dans le restaurant, Aliette de Bodard évoque la gastronomie traditionnelle, les ingrédients, les épices et les odeurs. Elle évoque le lien entre la cuisine et la mémoire émotionnelle. C’est un sujet auquel je suis sensible, m’étant souvent dit que si j’écrivais un jour un livre ou une nouvelle, j’aimerais que ce soit un texte de SF gastronomique, deux de mes passions. La rencontre avec Quy dans ce restaurant sera pour Agnes une révélation.

Immersion est une SF qui aborde avec finesse intellectuelle et émotionnelle le thème de la crise identitaire, l’expérience du racisme et du regard de l’autre,  et celle du regard sur soi. La puissance émotionnelle du texte repose en grande partie sur l’emploi de la seconde personne du singulier qui donne au récit sa qualité immersive, prenante, engageante. Je vous avouerais que j’ai versé une larme à la lecture de ce texte. D’autant que le texte a pris pour moi une dimension personnelle, car c’est une situation que j’ai connue à travers l’expérience d’amis d’enfance, de façon bien réelle. La scène du restaurant est notamment très proche du vécu.

Immersion est un superbe texte, touchant et intelligent. C’est peut être la meilleure nouvelle que j’ai lue cette année.

Le texte est disponible gratuitement sur le site du Clarkesworld Magazine. Notez qu’il existe une version audio (même lien) de la nouvelle qui est superbement lue.



Catégories :Nouvelles

Tags:,

1 réponse

  1. VENDDDUUUUUUU!!!
    (et acheté au passage)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :