Le Sultan des nuages – Geoffrey-A Landis **

sultanComme à chaque nouvelle sortie, la collection Une Heure Lumière nous offre l’occasion le temps d’un court texte de découvrir (ou pas) un auteur de SF. La sélection est de haut niveau et je n’ai jamais été sérieusement déçu par un texte à ce jour. Bien sûr, il y a du bon et du moins bon, des choses sur lesquelles on accroche plus ou moins suivant ses affinités. Mais dans l’ensemble, il s’agit là d’une très belle collection.

Avec le Sultan des nuages, je découvrais un auteur que je ne connaissais pas, Geoffrey-A Landis, que la fiche biographique présente comme scientifique à la NASA à temps plein et auteur de SF occasionnel. Autant dire que ce profil singulier marque la nouvelle par son approche Hard-SF. Mais Landis est aussi à ses heures poète, et les quelques descriptions de la cité des nuages présentes dans la nouvelle peuvent en témoigner. En un texte relativement court, qui se lit en une heure ou deux maximum, Landis peint une société humaine installée dans des cités flottantes dans la couche nuageuse de Vénus à quelque cinquante kilomètres au dessus de la surface inhabitable de la planète. Cette peinture est non seulement cohérente et crédible mais aussi belle et poétique. C’est là le point fort de cette nouvelle et sa création principale.

Mais le Sultan des nuages souffre à mon avis de ses qualités. Le monde mis en place dans ces pages est tellement intéressant qu’on ne peut s’empêcher de penser qu’il mériterait un traitement plus vaste.  Le scénario est précipité et maladroit. L’intrigue est décevante. Il est des histoires et des mondes imaginaires qui sont parfaitement adaptés au format nouvelle ou novella. C’est une question de rythme essentiellement. Ici, l’histoire est trop ambitieuse pour tenir en quelques pages et le rythme n’est pas le bon. Les personnages manquent de développement et la novella en devient frustrante.

C’est un texte très agréable à lire et qui donne à rêver de ces cités dans les nuages, mais je reste sur ma faim du point de vue de l’histoire. Il y aurait tant à dire et faire dans ce monde. Pour moi ce n’est qu’une demi-réussite dans le sens où je pense que la novella n’était pas le bon format.

Voir aussi les critiques d’Apophis, du chien critique, de Lecture 42, de Célindanaé, de Lutin


Sur Amazon.fr : Le sultan des nuages


Livre : Le Sultan des nuages
Collection : Une Heure Lumière (Le Bélial)
Auteur : Geoffrey A Landis
Publication : 2017
Langue : Français (traduction de Pierre-Paul Durastanti)
Nombre de pages : 120
Format : papier et ebook
Prix : Theodore Sturgeon (2011)



Catégories :Soft-SF

5 réponses

  1. Je suis d’accord avec toi, c’était un peu court. Mais, j’avais beaucoup apprécié cette lecture.

    Aimé par 1 personne

  2. Ah! oui, c’est vraiment proche comme sensation. J’ai été captivée par cette Vénus et sa citée. Pour moi, le défaut principal est e format qui ne permet pas de donner la pleine mesure à ce « pitch ».
    Dommage car, je cris qu’il y avait matière à un excellent roman.

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Le sultan des nuages – Geoffrey A. Landis | Le culte d'Apophis
  2. Le Sultan des nuages – Geoffrey Landis – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :