En quête de Jack et autres nouvelles – China Miéville

China Miéville est un auteur singulier, qualifié d’hybride pour son goût à mêler les genres sans aucun respect des règles, au style marqué et clivant : on l’aime ou on le déteste. Principalement connu chez nous pour son « Cycle de Bas-Lag », il s’est imposé comme l’un des plus brillants représentants du New Weird. Le New Weird est une littérature de l’étrange, apparue au début des années 2000 et dont les origines remontent aux récits d’horreur en vogue à l’époque des Pulps, ces magazines bon marché vendus au début du XXè siècle aux Etats-Unis, dont l’un des plus célèbres, Weird Tales, publia les textes d’un certain H.P.L. L’une des particularités de ce courant est de combiner dans un monde réaliste, en général le nôtre, des éléments venant de la fantasy, de la science-fiction et de l’horreur, sous une forme littéraire assumée accordant au style une place prépondérante. On y croise des noms tels que Jeff VanderMeer, Paul Di Filippo, Justina Robson ou encore Caitlin R. Kiernan (bien que cette dernière ne soit en générale pas associée à ce courant).

À côté de ses romans, China Miéville est aussi l’auteur d’une cinquantaine de textes courts dont certains furent réunis dans le recueil Looking for Jake (2005). Les éditions Fleuve nous proposent la traduction en français – élégamment réalisée par Nathalie Mège – de ce recueil dans son intégralité, sous le titre En quête de Jack. C’est une formidable occasion de découvrir l’auteur sous la forme courte dans laquelle il se révèle particulièrement convaincant. Le recueil regroupe douze nouvelles, une nouvelle graphique et une novella. Cette dernière, « Le Tain », a reçu le prix Locus de meilleur roman court en 2003. Notons enfin que les deux nouvelles « Compte-rendu de certains événements » et « Détails » furent publiées dans la revue Bifrost, respectivement dans les numéros 53 et 74.

Il se peut que les lecteurs regrettent le manque d’homogénéité des textes de ce recueil en termes de qualité ; on y passe de l’anecdotique à l’excellent en quelques pages. Mais il y a fort à parier que, selon ses goûts propres, chacun jettera dans ces catégories l’une ou l’autre des nouvelles sans qu’aucun consensus critique n’émerge. Car c’est l’étrange qui ici s’impose entre les fissures et les éclats de la ville de Londres peinte par l’auteur, et l’étrange réclame l’acceptation pleine et entière du lecteur. Il ne faudra pas chasser l’explication et guetter la résolution, mais se laisser porter par les impressions, les ambiances, les reflets dans le miroir, les lueurs au-delà des fenêtres ou les formes qui se dessinent dans les craquelures au mur. Ce sont d’autres cieux. Ce sont des portraits de personnages à la limite de la folie, basculant d’un côté ou de l’autre au gré des vents fantastiques qui soufflent entre les pages. C’est aussi un regard politique porté sur le monde – peut-on attendre autre chose de Miéville ? – où parfois l’horreur se cache dans l’espace jeux d’un grand supermarché, où parfois on privatise les chants de Noël, où toujours l’individu se fait broyer par des forces qui lui sont supérieures. Les tours de passe-passe de Miéville l’illusionniste révèlent sur l’ensemble du recueil la grande cohérence de sa vision dans la peinture d’une ville tour à tour post-apocalyptique, enchantée ou dépressive, future, actuelle ou passée.

De l’excellent, donc, qui justifie amplement qu’on lise ce recueil ? Pour moi, ce sera « En quête de Jack », lettre amoureuse dans une ville devenue son ombre, « La piscine à balles », une horreur classique transportée à Ikea, « Compte-rendu de certains événements survenus à Londres », certainement la nouvelle la plus aboutie qui raconte des rues sauvages apparaissant et disparaissant à loisir – quelle idée sublime ! -, et « le Tain », une longue variation marxiste sur le thème du zombie, et texte fondateur pour lequel le terme New Weird fut inventé en 2002 pour désigner ce courant littéraire naissant.

[Une première version de cet article a été initialement publié dans le numéro 101 de la revue Bifrost en janvier 2021.]


D’autres avis : Gromovar, Outrelivres, Le chien critique, Le Chroniqueur,


  • Titre : En quête de Jack et autres nouvelles
  • Auteur : China Miéville
  • Publication : octobre 2020, Fleuve, coll. « Outrefleuve »
  • Traduction : Nathalie Mège
  • Nombre de pages : 360
  • Format : papier et numérique

3 réflexions sur “En quête de Jack et autres nouvelles – China Miéville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.