Sleeps with angels – Dave Hutchinson

sleepsSleeps with angels est un recueil de six nouvelles écrites par l’auteur anglais Dave Hutchinson entre 2003 et 2015 et publié chez NewCon Press en 2015. Certaines d’entre elles furent publiées dans SciFiction, d’autres dans des anthologies. Seule « Sic transit gloria mundi » est un inédit. La carrière littéraire de Dave Hutchinson est discontinue. Il a publié jeune et sous le nom David Hutchinson quatre volumes de nouvelles entre 1978 et 1981 puis a complètement disparu des radars pendant une vingtaine d’années. Il faut attendre les années 2000 pour le voir réapparaître sous le nom Dave Hutchinson,  d’abord dans le format court, puis avec la série de roman « Fractured Europe »  entre 2014 et 2018.  J’avais été très agréablement emporté par la novella Acadie lue l’année dernière (vous pouvez lire ma recension en suivant ce lien) et plus récemment par Nomads (critique ici). Il sera possible de le découvrir cette année en français avec la publication d’Acadie dans la collection Une Heure Lumière chez Le Bélial’.

Le recueil Sleeps with angels est magistralement frustrant. Les textes présentés sont pourtant très représentatifs des écrits de Dave Hutchinson. L’auteur a un style que j’apprécie beaucoup, mêlant humour et noirceur, dialogues habilles et percutants, et un véritable talent pour construire le scénario et les personnages.  Ses histoires reposent systématiquement sur un effet de surprise. Les nouvelles présentées dans le recueil se situent quelques dizaines d’années dans le futur. Le niveau technologique n’est a priori jamais très différent de celui que nous connaissons, quand bien même le monde peut avoir connu des événements qui ont radicalement transformé la société. Hutchinson part de situations en apparence banales jusqu’à ce qu’un twist envoie le récit dans une direction inattendue, parfois complètement loufoque, relevant de la science-fiction et occasionnellement du fantastique. Enfin, ce qui me charme particulièrement chez cet auteur est la singularité de ses idées. S’il utilise les tropes habituels de la science-fiction, que ce soit le voyage dans le temps, l’invasion extra-terrestre, ou les biotechnologies, il arrive à toujours apporter un développement original et surprenant sur ces thématiques. Là où le recueil est frustrant, c’est que malgré les idées originales et la mise en place talentueuse, ces nouvelles sont courtes et ne proposent pas de résolutions satisfaisantes. En refermant ce recueil, j’ai le sentiment de n’avoir lu que des propositions de romans à l’adresse d’éditeurs  qui pourraient éventuellement se montrer suffisamment intéressés pour en financer l’écriture. De fait, ce qui m’a amené à lire Sleeps with Angels, au-delà de ma curiosité pour les écrits de l’auteur, est la présence de la nouvelle « The incredible exploding man » qui s’est vue développée en un roman de 340 pages à paraître en septembre 2019, sous les titre The return of the incredible exploding man. Nous en reparlerons en temps voulu.

« The fortunate Isles » ouvre le recueil et plonge le lecteur dans une enquête policière en apparence classique jusqu’à ce que des forces surnaturelles s’en mêlent. La mise ne place est excellence, le twist bien amené, mais la fin laisse le lecteur en plan sans résolution satisfaisante.

« Sugar Engines » propose une déclinaison originale de la singularité avec nanotechnologies invasives et la disparition soudaine d’une majeure partie de  l’humanité. L’idée est superbe, la nouvelle va de surprise en surprise mais là encore la fin trop abrupte est frustrante.

« Dali’s clock » est une nouvelle inhabituellement optimiste de l’auteur, qui explore les conséquences des biotechnologies et l’invention d’une drogue amenant au développement de la créativité. Il s’agit de la seule nouvelle qui offre une résolution complète.

« Sic Transit Gloria Mundi » n’est vraiment que l’ébauche d’une histoire où des archéologues retrouvent sur un site romain la preuve de l’existence des créatures ressemblant étrangement à des démons. Les personnages sont toutefois intéressants comme très souvent chez Hutchinson.

«All the news, all the time, from everywhere» est le texte le plus délirant. Les elfes ont pris leur revanche sur l’humanité et ont anéanti toute forme de communication moderne. Les humains sont forcés à recourir à la divination dans les entrailles d’animaux pour avoir des nouvelles du reste du monde.

« The incredible exploding man » met en scène un accident dans un nouvel accélérateur de particules qui a pour conséquence d’ouvrir de faire apparaître d’autres dimensions. Survivant de l’accident, le journaliste et narrateur Alex Dolan en ressort avec l’étrange pouvoir de se mouvoir entre ces dimensions inaccessibles au commun des mortels.  Bien qu’insaisissable, et pour cause, il va travailler avec les autorités pour tâcher de comprendre ce qui s’est passé en s’aidant de ses nouveaux super-pouvoirs. Mais pour chaque super héros, il existe un super-méchant et ce rôle est rempli par le physicien Larry Day, autre survivant de l’accident, qui présente quelques difficultés à s’adapter à sa nouvelle situation. Si la nouvelle n’offre pas non plus de fin conclusive, on sait au moins que ce texte va renaître sous la forme d’un roman.

En conclusion

Sauf si vous êtes animé par la curiosité à l’endroit de cet auteur parfaitement inconnu en France, je ne vais certainement pas vous recommander la lecture de ce recueil qui n’a pour intérêt que de présenter des idées originales mais ne les exploite pas de manière pleinement satisfaisante. Attendez plutôt la sortie d’Acadie en français ou si vous lisez l’anglais, la novella Nomads. Pour ma part, il  m’aura tout de même convaincu de lire le roman The return of the incredible exploding man qui sortira en septembre de cette année.


Titre : Sleeps with angels
Auteur : Dave Hutchinson
Éditeur : NewCon Press (21 avril 2015)
Langue : anglais
Nombre de pages : 160
Support : papier et ebook



Catégories :Recueils

Tags:

5 réponses

  1. Ce qui est dingue, c’est que personne ne s’est rendu compte avant diffusion que l’imprimeur a imprimé un portfolio à la place du recueil prévu… =P

    Aimé par 1 personne

    • La nouvelle ouverte est un genre en soi. Moi j’aime les nouvelles à chute. Malheureusement, ce n’est pas le genre dominant dans le monde du format court. Alors oui, ce type de recueil tient un peu du portfolio. L’auteur et l’éditeur trouveraient sans doute à redire, mais c’est mon sentiment.

      Aimé par 1 personne

  2. Nous avons déjà discuter de cet auteur. J’ai sa novella en VO et je vais attendre la publication au Bélial. Je vais laisser de côté ce recueil, de toutes façons avec tout ce que j’ai à lire….

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Lectures d’avenir – été 2019 – L'épaule d'Orion – blog de SF

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :