Aube d’acier (L’Eschaton 2/2) – Charles Stross

Iron SunriseAube d’acier fait suite au premier roman de Charles Stross, Crépuscule d’Acier. Le monde décrit dans cette mini série dite de L’Eschaton est un monde post-singularité. Quelque part vers la fin du XXI siècle, la technologie atteint le point de singularité, là où l’intelligence artificielle dépasse l’intelligence humaine. 90% de l’humanité disparaît mystérieusement du jour au lendemain et quelqu’un ou quelque chose laisse un message :

« Je suis l’Escaton; Je ne suis pas votre dieu.
Je descends de vous, et j’existe dans votre futur.
Vous ne violerez pas la causalité dans mon cône de lumière historique. Sinon… »

Nous sommes 150 ans plus tard, au milieu du XXIIIème siècle. Les Terriens se sont remis de la crise et la partie manquante de l’humanité a été retrouvé : elle a été dispersée dans quelques milliers de colonies repartie une zone de 6000 années lumières dans la galaxie. L’humanité a aussi eu l’occasion d’apprendre ce que l’Escaton voulait dire par « Sinon… » Toute société qui a tenté d’utiliser une technologie permettant de jouer avec le temps et de violer la causalité a subit un événement radical de type annihilation totale.

Si l’idée de départ de cette série était extrêmement prometteuse, le personnage même de l’Eschaton est fascinant, et aurait pu permettre à Stross de développer une large saga space opera à la façon d’Iain Banks, Stross considère qu’il a commis dès le départ des erreurs fondamentales dans les explications de cet univers qu’il estime ne pouvoir être corrigées. Il a donc annoncé qu’il n’écrirait plus sur l’Eschaton.

Et il faut bien avouer que ce deuxième roman est très décevant. J’avais beaucoup aimé le premier, qui avait le mérite de planter un univers intéressant. Mais dans Aube d’Acier, Stross tourne en rond, s’empêtre avec des personnages insupportables, des clichés qui s’ils pouvaient être amusants dans le premier, deviennent plus lourds à porter dans ce second volet, et des situations dont on sent bien qu’il a du mal à sortir, d’où une fin précipitée et un final gâché. Au final on se dit qu’il a eu raison d’abandonner cette série, malgré la bonne idée de départ. Erreur de jeunesse. Stross fera bien mieux par la suite, notamment avec son chef d’oeuvre Accelerando.


Livre : Aube d’acier (Iron Sunrise)
Série : Eschaton (2/2)
Auteur : Charles Stross
Publication : 2006 (VO 2003)
Langue : Français
Nombre de pages : 571
Format : papier et ebook



Catégories :Cycles, Romans

Tags:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Le Grand Bazar d'Apophis

Critiques diverses et variées

Encres & Calames

Petites chroniques SFFF... et au-delà !

Thomas Day

Ecrivain & scénariste

Les chroniques d'Acherontia

Always look on the bright side of night...

Le Bibliocosme

Un monde pour tous les livres

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Le Fictiologue

Julien Hirt - Auteur

Évasion Imaginaire

L'imaginaire est un lieu, l'évasion en est le voyage.

Le monde d'Elhyandra

Chroniques littéraires SFFF & autres envies

Uranie

Blog littéraire

Le Blog uchronique de Daidin

Site dédié à l'Uchronie, la SF, La Fantasy, au Steampunk et au roman policier victorien

Une Certaine Culture

Critiques littéraires et autres...

Les Chroniques du Chroniqueur

Science-Fiction, Fantasy, Fantastique, Ecriture.

La lectrice hérétique

Qu'importe l'emballage, pourvu qu'on ait l'extase

Les Bergers électriques

Le monde de l'Imaginaire

Au pays des Cave Trolls

On lit, on joue, on rêve...

%d blogueurs aiment cette page :