Blanc d’os – Ronald Malfi

Ronald Malfi est un auteur américain reconnu et primé de thriller et d’horreur ayant publié quinze romans et huit novellas ces vingt dernières années, dont Bone White, sorti en 2017. Il s’agit de son premier roman traduit en français sous le titre Blanc d’os. Il sortira le 11 février prochain dans la collection Cadre noir aux éditions du Seuil. Notons que son adaptation en série est déjà en production par les studios Amazon.

Joseph Mallory, vieil ermite vivant dans les forêts aux alentours de la petite ville isolée de Dread’s Hand en Alaska, entre au petit matin dans le petit restaurant de Tabby White et commande un chocolat chaud. Alerté par le sang séché qui couvre ses vêtements et son allure peu engageante, un habitant de Dread’s Hand habitué du lieu l’interroge. Mallory finit son chocolat et déclare avoir tué huit personnes dont il a enseveli les corps dans la forêt. Ceux-ci seront retrouvé par la police.

Lorsqu’il apprend la nouvelle qui se diffuse sur tous les medias américains, Paul Gallo décide de quitter la ville d’Annapolis où il est professeur d’université, pour se rendre à Fairbanks et prendre contact avec la police locale. Voilà un an que son frère jumeau Danny a disparu dans la région de Dread’s Hand. Malgré une enquête menée promptement, seule sa voiture avait été retrouvée abandonnée en bord de route. Paul désormais s’attend au pire. Son voyage l’emmènera sur les lieux même des crimes de Joseph Mallory, afin de découvrir ce qui est arrivé à son frère et ce qui se trame depuis plus dans 100 ans dans les forêts de Dread’s Hand.

Blanc d’os fonctionne très bien en tant que thriller horrifique tant qu’on reste dans ce cadre et qu’on n’y cherche pas plus. Le cadre s’y prête. Ronald Malfi exploite pleinement l’isolement des bourgades reculées sises dans les terres sauvages d’Alaska, soumises à un climat qui endurcit les habitants, où les superstitions fleurissent dès que l’humain se trouve au contact d’une nature dont la force le dépasse. Le roman raconte la recherche désespérée d’un frère, dans une enquête policière qui se perd dans les méandres du surnaturel et des croyances locales, avec un petit côté Fargo à travers l’inspectrice Jilll Ryerson. Sans que le style de l’auteur soit en rien remarquable, il arrive par une lente montée en tension à river le lecteur à un scénario maitrisé qui plonge lentement vers un récit horrifique où s’affrontent les forces du bien et du mal. Le roman se lit vite, tel un page turner de bon aloi. Le final tient ses promesses, et comme dans tout récit qui mêle réalisme (l’auteur glisse de nombreuses références vérifiables à des événements survenus en Alaska, ou des données existantes) et surnaturel, l’histoire contée est ouverte à interprétation. Les événements décrits ont-ils réellement eu lieu ou se trouve-t-on face à des psychologies brisées par l’horreur des crimes face auxquels quiconque perdrait sa santé mentale ?

Mais si l’on cherche à sortir du cadre du thriller, Blanc d’os se révèle plus famélique. Quel que soit le genre – science-fiction, fantasy, fantastique ou horreur – j’aime que mes lectures réfléchissent et sondent d’autres sphères, qu’elles soient sociales, politiques, scientifiques, ou plus simplement humaines. De ce point de vue, Blanc d’os n’offre pas au lecteur plus qu’un scénario bien mené. Et si l’on creuse un peu, on tombe sur des os. La peinture sociale faite des habitants et de la vie rude dans ces contrées inhospitalières confine souvent à la caricature. Nous sommes loin de la description faite de l’Alaska dans le roman Upon this Rock – First Contact de David Marusek que j’avais trouvée immersive et emplie d’humanité, quand bien même tout autant empreinte de folie. La différence tient sans doute au fait que Ronald Malfi est résident du Maryland alors que David Marusek habite en Alaska. De la même manière, la psychologie des personnages aurait mérité un travail plus approfondi pour plonger le lecteur dans une empathie à même de produire un choc émotionnel jouant sur la fine frontière entre folie et surnaturel.

Blanc d’os est plutôt réussi en tant que thriller horrifique qui tire pleinement partie des ambiances qu’il met en place. À cela tient sans aucun doute son adaptation à venir sur la plateforme vidéo d’Amazon. Mais au-delà du scénario, il m’aura manqué de la matière pour me montrer véritablement enthousiaste sur le roman.


D’autres avis : Au Pays des Cave trolls,


  • Titre : Blanc d’os
  • Auteur : Ronald Malfi
  • Publication : 11 février 2021, aux éditions du Seuil ; coll. Cadre noir
  • Traduction : Antoine Chainas
  • Nombre de pages : 368
  • Format : papier et numérique


Catégories :Romans VF

Tags:

2 réponses

  1. En le considérant comme un thriller haletant et divertissant ça marche, c’est noté! Je n’y chercherai rien de plus.

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Blanc d’os de Ronald Malfi – Au pays des cave trolls

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :